À quel point l’industrie de la mode est-elle polluante ?

La-Mode-Industrie-Polluante

Les abus des industriels du textile défraient régulièrement la chronique. Les grandes enseignes de mode, sous couvert de renouveler régulièrement leurs collections, produisent non seulement une quantité importante de C02 mais aussi de déchets extrêmement nuisibles pour notre environnement.

Saviez-vous que l’industrie de la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde ?

Regardons ensemble pourquoi cette industrie de la mode pollue autant...

L’industrie textile : deuxième industrie polluante au monde*

D’après de nombreux journalistes et associations de défense de l’environnement, l’industrie de la mode est considérée comme l’une des plus néfastes pour notre environnement.

7 données marquants qui pointent du doigt les dérives environnementales de l’industrie de la mode

  1. La mode émet entre 3 et 10 % des émissions mondiales de CO2 annuelles.
  2. Elle émet à elle seule plus de gaz à effet de serre que tous les vols et trafic maritime mondiaux réunis**.
  3. Chaque seconde, un container plein de textile est incinéré ou enfouit sous terre.
  4. Moins d’un an après avoir été achetés, 3 articles de mode sur 5 sont jetés 
  5. Le lavage en machine d’un vêtement synthétique libère environ 2000 microfibres en plastiques qui finissent par être déversés dans nos océans puis potentiellement absorbées par la faune maritime
  6. 2 700 litres d’eau claires sont nécessaires à la production d’un seul t-shirt en coton
  7. La production et le lavage d’un jean génère la même quantité de CO2 qu’une voiture moyenne ayant roulé 111 kilomètres

Pourquoi nos jeans et nos t-shirts préférés sont-ils si polluants ?

La-Mode-Industrie-Polluante-Jeans

Il est vrai que nous n’avons pas forcément conscience du fait que la fabrication de vêtements et accessoires de mode soit polluante.

De nombreux reportages ont mis en avant les problématiques environnementales de l'industrie de la mode. Regardons tout cela d'un peu plus près. 

Dès la production des matières premières

Prenons l’exemple du coton qui entre dans la composition de près de 40 % des vêtements produits. Pour 2,5 % de la surface cultivée sur terre, la culture du coton représente 16% des pesticides utilisés dans le monde.

Une fois cueilli, le coton doit encore être traité et transformé grâce à une consommation importante en eau. Il est ensuite teinté, le plus souvent avec des agents chimiques, puis transporté à l’autre bout de la planète.

Pendant la fabrication de nouveaux vêtements

Pour donner de la couleur à nos vêtements, les fabricants utilisent des produits chimiques comme les éthoxylates, des colorants azoïques, des phtalates ou encore du formaldéhyde. 

Ces substances sont très toxiques, que ce soit pour l'environnement, pour ceux qui produisent les vêtements mais aussi pour celles et ceux qui les porteront ensuite.

Les transports des matières premières et des produits finis

La majorité des vêtements et accessoires produits dans le monde sont confectionnés loin de chez nous, à savoir principalement en Asie et en Afrique du nord.

Entre le transport des matières premières et des produits finis, nos vêtements ont vite fait le tour de la planète. Cela implique des livraisons quotidiennes en avions et cargos et donc un impact environnemental significatif.

Le lavage des vêtements

Bien sûr un vêtement sale doit être lavé. Mais saviez-vous que cela était néfaste pour l’environnement ? En effet, nos machines à laver consomment énormément d’eau. Pour minimiser notre impact lors du lavage de nos vêtements, nous pouvons choisir des cycles courts et laver à 30°.

Le lavage libère également des microparticules toxiques émanant des matières synthétiques mais aussi du traitement des textiles qui ne peuvent pas être filtrées par les stations d’épuration. Cette eau et ses microparticules fines polluantes finissent malheureusement dans nos océans.

La surconsommation de vêtements

Le renouvellement incessant des tendances et les stratégies marketing des grandes marques de la mode sont responsables de la surconsommation et  engendre une masse de déchets effrayante.

Ce phénomène de Fast fashion génère environ 4 millions de déchets textiles par an en Europe***. 80% finissent par être enfouis ou incinérés.

La surproduction est telle que même les fabricants se mettent à jeter leur production faute de pouvoir l’écouler même à prix coûtant. C’est le cas notamment d' H&M pointé du doigt l’an dernier pour avoir détruit des tonnes d’invendus.

Pour vous donner une idée, il semblerait que « les usines textiles du monde produisent actuellement 17 t-shirts par personne et par an! » (Laurent Thoumine, spécialiste textile chez Accenture). C'est peut-être un peu trop non ?

Mode et écologie, est-ce compatible ?

Pour s'habiller tout en préservant l'environnement, de nombreuses solutions existent. A nous de nous tourner vers une mode plus éthique et éco-responsable.

Quelques éléments de réponse dans les articles ci-dessous :

Sources :


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés